Les pires moments de l’orientation scolaire

coach-orientation- scolaireLa revue de presse de www.choisir-son-orientation-scolaire.fr est un moment qui nous permet de vous faire partager des articles, des réflexions, des témoignages ayant un rapport avec l’orientation scolaire. Quelquefois positives quelquefois moins, quelquefois merveilleuses et quelquefois désastreuses, les initiatives sont nombreuses et montrent à minima l’importance de la question de l’orientation scolaire en France.
Aujourd’hui nous souhaitons vous faire découvrir un article du Figaro relatant les situations invraisemblables que peuvent vivre les jeunes diplômés lorsqu’ils se rendent au CIO.

Orientation scolaire : A quoi sert le CIO ?

Le CIO est le Centre d’Information et d’Orientation … en théorie ! Nous avons une « private joke » à propos du CIO, nous avons tendance à dire que le « O » est en trop ! … Autrement dit que le CIO devrait s’appeler le CI … tout court ! En effet c’est un bon centre d’informations, mais pour ce qui est de l’orientation, c’est à dire de permettre à l’élève de trouver sa voie c’est plus délicat. En effet, ne leur jetons pas la pierre, les conseillers du CIO travaillent en effectifs très insuffisants, le tout avec des moyens très limités, que ce soit en terme de mise à disposition d’outils type tests ou inventaires psychométriques qu’en capacité à recevoir rapidement et plusieurs fois l’élève.

Si l’élève est certain qu’il veut faire une école de commerce par exemple, le conseiller du CIO saura lui indiquer les écoles de la région, celles plus éloignées, les coûts d’inscription etc … mais toutes ces informations peuvent facilement être trouvées sans son aide.

Par contre saura t il aider l’élève à vérifier si l’orientation en commerce correspond à ses intérêts professionnels ?

Pour découvrir l’article du Figaro concerné, cliquez ici.

Attention : cette article présente ce qui peut se faire de pire, il ne faut en aucun cas en faire une généralité, mais il est révélateur de ce à quoi peut aboutir l’absence de moyens humains en nombre suffisant, suffisamment formés et disposant d’autres outils que d’un simple accès à internet auquel ont accès les élèves venant les consulter.